Général

Bulletin

Services

Société

Selon un projet d'avis du Conseil économique, social et environnemental : Europe : L'efficacité énergétique, un gisement d'économies majeur à exploiter

L'efficacité énergétique est un gisement d'économies majeur que la France et l'Europe doivent mieux exploiter, notamment dans le bâtiment, premier secteur en termes de consommation, selon un projet d'avis du Conseil économique, social et environnemental (Cese) discuté récemment. Tout invite à faire de l'efficacité énergétique un marche clé du futur et une filière créatrice d'innovation, estime le projet d'avis en mettant notamment en avant l'augmentation prévisible du prix de l'énergie et l'objectif de réduire par 4 les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050. La période qui s'ouvre est décisive, écrit le Cese qui invite à ce que l'efficacité énergétique ne soit pas considérée comme une variable d'ajustement mais bien comme une ressource énergétique en tant que telle.

L'efficacité énergétique est définie comme une consommation d'énergie moins importante pour un même service rendu. Son premier champ d'application est le bâtiment, qui représente près de la moitié de la consommation énergétique du pays. Le gouvernement s'est fixé un objectif de 500.000 rénovations annuelles, contre moins de 200.000 actuellement.
Pour les réaliser, l'avis appelle à la mise en place de financements appropriés (banque publique d'investissement, TVA à 5%, décharger les banques de l'éco-prêt à taux zéro, etc.). Il plaide aussi pour l'adaptation de la formation professionnelle et l'entrée en vigueur en 2014 de l'éco-conditionnalité des aides publiques, c'est-à-dire de subordonner le versement des aides au respect des normes environnementales. Il n'y aura pas de transition énergétique durable sans une rénovation thermique massive des bâtiments en France, a affirmé devant le Cese la Ministre française du Logement, en soulignant la nécessité d'un cadre réglementaire stable, clair et pérenne. Le gouvernement doit annoncer des mesures pour financer cette rénovation. Dans un autre projet d'avis, le Cese aborde la nécessaire transition énergétique vers une société moins dépendante des énergies fossiles.
Un avis qui fait écho au débat national sur l'énergie lancé fin novembre par le gouvernement en vue d'une loi en 2013. Jusqu'à présent, chaque génération a doublé sa consommation d'énergie par rapport à la précédente, souligne le Cese, en soulignant la prise de conscience actuelle d'une nécessaire réorientation de nos choix. Le Cese recommande notamment que lors du débat sur la transition énergétique, tous les scénarios soient accompagnés d'une évaluation en termes d'impact social et économique. Il avance aussi que les scénarios électriques de maintien du nucléaire à 70% lui apparaissent moins onéreux à court et moyen termes, mais également moins susceptibles de faire évoluer la structure de l'emploi. La Fondation Nicolas HULOT a estimé que la réduction de la part du nucléaire est un objectif qui ne doit évidemment pas être remis en cause. L'argument historique sur le coût supposé moindre n'est aujourd'hui plus acceptable, a jugé FNH. FNH a en revanche affirmé partager les principales analyses du Cese (analyse de la demande à terme, rôle de la Banque publique d'investissement, financement de la rénovation).

Source :Baosem N°924 du 15/01/2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?