Général

Bulletin

Services

Société

Les deux groupes détenaient cette participation depuis 2002 : GDF Suez et EON cèdent leurs 49% du slovaque SPP, valorisés 2,6 Mrd EUR

Le producteur français d'électricité GDF Suez et le numéro un allemand de l'énergie EON ont annoncé récemment dans des communiqués distincts avoir cédé leur participation indirecte de 49% dans l'opérateur gazier slovaque SPP au groupe tchèque d'électricité EPH. Les deux groupes détenaient cette participation depuis 2002, date de la privatisation de Slovensky Plynarensky Priemysel (SPP), au travers de leur société commune à 50/50 Slovak Gas Holding (SGH). Le groupe tchèque Energeticky a Prumyslovy Holding (EPH) acquiert la totalité de leur participation dans SPP, qui est installé à Bratislava et emploie environ 4000 personnes. L'opération valorise leur part respective de 24,5% à 1,3 milliard d'euros. Elle a reçu tous les feux verts nécessaires et devrait être finalisée «dans les semaines qui viennent». «Cette cession entraînera une diminution de la dette nette de GDF Suez d'environ 1,3 milliard d'euros et marque une étape importante dans la poursuite de la transformation» du groupe à la suite du rachat d'International Power, a indiqué GDF Suez, précisant que 100 millions de ce montant auront un impact sur la dette en 2015.
Le groupe a indiqué que le montant total des opérations annoncées depuis début 2012 dans le cadre de l'optimisation de son portefeuille d'actifs s'élève désormais à plus de 5 milliards d'euros, «conformément à l'objectif indiqué en décembre». Pour 2013-2014, il s'est fixé un nouvel objectif de 11 milliards d'euros. «La cession de notre participation dans SPP constitue une nouvelle étape significative dans notre stratégie de désendettement et est cohérente avec l'objectif d'optimisation de notre portefeuille d'activités en Europe», a déclaré Jean-François CIRELLI, vice-président directeur général délégué de GDF Suez, cité dans le communiqué, précisant que le groupe va «poursuivre (son) développement en Europe en privilégiant une sélection de marchés attractifs».
De son côté, le patron d'EON a précisé que ce désengagement permettait à son groupe «d'atteindre son objectif de cessions d'actifs bien en avance sur le calendrier». «Notre recentrage sur l'Europe a été mené promptement et a généré des profits très attractifs. Mais même après la cession de SPP, nous resterons très actifs sur le marché slovaque de l'énergie», a-t-il poursuivi, soulignant qu'EON compte 1 million de clients dans ce pays et gère un réseau de plus de 35.000 kilomètres à travers sa part dans Zapadoslovenska energetika (ZSE).

Source : Baosem N° 927 du 27 janvier 2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?