Général

Bulletin

Services

Société

Le PDG du Groupe, M. Noureddine BOUTERFA l’a affirmé : Sonelgaz va réaliser 7.000 transformateurs

Le réseau de distribution d’électricité en Algérie sera renforcé, avant l’été prochain, de plus de 7.000 nouveaux postes transformateurs dans le cadre d’un plan d’urgence pour améliorer la qualité de la distribution, a indiqué le PDG du Groupe Sonelgaz, M. Noureddine BOUTERFA. M. BOUTERFA qui s’exprimait à la radio nationale, a précisé que 80% des postes prévus par ce programme seront mis en service avant la fin mai 2013, alors que le reste devrait s’achever au mois de juin prochain. Ces postes seront accompagnés de nouveaux ouvrages de transport d’électricité, nécessaires pour une bonne qualité de distribution. Pour cela, le même plan d’urgence prévoit la réalisation de 170 ouvrages, 80 lignes de Haute tension (HT) ainsi que 90 postes HT, pour renforcer le réseau de transport. Ces nouvelles infrastructures sont destinées essentiellement à renforcer le réseau national dont les capacités de production seront augmentées de 2.400 mégawatt (MW) sur le réseau interconnecté du Nord du pays et 200 MW au Sud, notamment dans les régions isolées de Tindouf, Tamanrasset, Illizi, Djanet, In Amenas, etc.

Cette puissance additionnelle sera assurée par des investissements nouveaux, notamment avec l’entrée en production de la centrale de Koudiet D’raouch (1.200 MW), par le retour des anciens groupes en entretien à M’sila et Jijel, mais aussi par l’acquisition «en urgence» de 600 MW en turbines à gaz mobiles. Selon le PDG de Sonelgaz, ces capacités seront suffisantes pour satisfaire la demande d’électricité pour l’été 2013. «Notre plan d’urgence consiste à axer nos efforts sur la distribution de l’électricité, le renforcement des capacités de production et de transport», a-t-il affirmé. Ce plan, qui touche l’ensemble du territoire national, a été élaboré à partir de l’examen de la situation de l’année précédente et l’évaluation de la demande prévue pour l’été 2013, dont la croissance est estimée de 18%.
Ce taux va se maintenir jusqu’en 2015, avant de décroître pour atteindre en 2017 une moyenne de 14 à 14,5%. Cette évolution de consommation de l’électricité sera tirée principalement par un très fort taux de pénétration des climatiseurs qui avoisinera 1,5 climatiseur par foyer. Pour faire face à cette augmentation, un programme d’investissement a été déjà mis en œuvre, pour mettre prés de 12.000 MW sur le réseau d’électricité à l’horizon 2017, réaliser 13.000 km de lignes HT et 150.000 km de lignes de distribution. Selon M. BOUTERFA, les projets de production de quelque 4.000 MW sont en cours d’exécution, alors que les projets de 8.000 MW sont en appels d’offres.
Doté de 3.000 milliards DA (plus de 40 milliards de dollars) à l’horizon 2022, ce programme inclut également la fabrication d’une partie des équipements énergétiques en Algérie, et s’accompagne aussi de la réalisation d’un complexe industriel pour la fabrication de turbines à gaz et à vapeur. Ces investissements «colossaux ne seront pas sans impact sur Sonelgaz et ses filiales, car ce groupe doit trouver les solutions nécessaires pour rembourser les sommes destinées à couvrir le coût de ses projets», selon M. BOUTERFA.
Ces projets sont financés par des prêts bancaires, garantis par le Trésor public, indique M. BOUTERFA, qui estime que les tarifs d’électricité actuels ne peuvent pas assurer le remboursement de ces investissements, ajoutant que «tôt ou tard, la tarification d’électricité sera revue à la hausse». «Je ne crois pas qu’on arrivera à l’incapacité de remboursement. Nous avons connu dans le passé des situations aussi difficiles, et l’État a trouvé les moyens par la restructuration du Groupe Sonelgaz et l’augmentation de tarifs. Un jour ou l’autre, ça sera peut être la combinaison des deux», a-t-il estimé.

Source : Baosem N°934 du 19/02/2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?