Général

Bulletin

Services

Société

Le Ministre de l’Energie et des Mines, M. Youcef YOUSFI au forum du journal Ech-chaab : La nationalisation des hydrocarbures a ouvert de nouvelles opportunités de développement en Algérie

La nationalisation des hydrocarbures en 1971 a ouvert «de nouvelles opportunités» pour le développement économique et social en Algérie, a indiqué récemment le Ministre de l'Energie et des Mines, Youcef YOUSFI. «Le recouvrement de la souveraineté nationale sur le secteur des hydrocarbures a ouvert de nouvelles opportunités pour le développement de l'économie nationale», a souligné M. YOUSFI dans un passage au quotidien arabophone Ech-chaab, quatre jours avant le 42eme anniversaire de cet évènement. Ainsi, les exportations algériennes en pétrole et gaz ont généré plus de 800 milliards de dollars de revenus en quatre décennies et qui ont permis de financer les efforts de développement économique et social du pays. De même, «des dizaines de complexes industriels dans divers secteurs sont réalisés et des centaines de milliers de foyers sont accordés en électricité et en gaz», note le Ministre, ajoutant que tous ces acquis «ne pourraient pas être réalisés sans la nationalisation des hydrocarbures en 1971».

En outre, les enjeux de l'avenir portent, pour le Ministre, sur la couverture à long terme des besoins du pays en énergie, la sécurisation du financement du développement économique et social du pays et la création d'industries énergétiques fortes notamment dans les domaines de la pétrochimie et du raffinage. C'est dans le cadre de cette démarche que la loi sur les hydrocarbures a été modifié afin d'accompagner le renforcement des efforts d'exploration et l'augmentation des capacités nationales de production d'hydrocarbures conventionnels et non conventionnels. Dans la même optique, l'Algérie a réalisé 31 découvertes d'hydrocarbures en 2012 entre efforts propres de Sonatrach et en association avec des partenaires étrangers, a fait savoir M. YOUSFI, ajoutant qu'il s'agit d'un nombre conséquent, mais qui n'est pas à même de compenser les niveaux actuels de production d'hydrocarbures.

Pour l'année 2011, 20 découvertes d'hydrocarbures ont été réalisées dont 19 par Sonatrach en effort propre et une en association avec l'Allemand EON. Ces découvertes ont totalisé un apport en réserves prouvées et probables de 157 millions TEP. Le Ministre a indiqué que l'entrée en production du gisement d'El Merk (Illizi) est attendue pour l'année en cours. Cet important gisement s'ajoutera au champ voisin de Menzel Ledjmet Est déjà opérationnel depuis près d'un mois. S'agissant la remise en marche partielle de ce complexe qui assure près de 18% des exportations gazières du pays, le Ministre a affirmé qu'elle se fera en concertation avec les partenaires de Sonatrach.

Concernant, par ailleurs, le projet Galsi, M. YOUSFI a, une nouvelle fois, assuré qu'il n'a jamais été question d’annuler ce projet destiné à acheminer le gaz algérien directement vers l'Italie. «Nous sommes toujours en discussions avec nos partenaires italiens concernant ce projet, et il est vrai que l'Italie traverse une conjoncture économique difficile qui s'est traduite par une baisse de la demande (de l'énergie)», a expliqué le Ministre. «Le coût de réalisation (du gazoduc) est en hausse et il faut que les deux parties se mettent d'accord sur sa rentabilité économique pour pouvoir commencer sa construction», a ajouté le ministre, assurant que, même si ce projet serait annulé, «l'Algérie n'aura pas de problème à placer son gaz ailleurs».

Le Groupe Sonatrach avait annoncé en décembre 2012 que la décision finale pour la réalisation du gazoduc GALSI, reliant l'Algérie à l'Italie via la Sardaigne, a été reportée pour «des raisons techniques» au 30 mai 2013, Sonatrach et ses partenaires italiens accordant toujours «le même intérêt» au projet. «L'Assemblée Générale de GALSI, tenue en date du 14 novembre 2012 à Milan (Italie), a reporté à l'unanimité de ses membres la décision finale d'investissement (FID) au 30 mai 2013, pour des raisons techniques», ajoutait le communiqué de Sonatrach qui détient une part majoritaire de 41,6% dans la société du projet Galsi qu'elle devrait construire en association avec les groupes italiens Edison et Enel.

Galsi doit relier directement l'Algérie à l'Italie via la Sardaigne pour un investissement initial de trois milliards d’euros, et sa mise en service est prévue pour 2014. Un accord intergouvernemental relatif à ce projet a été conclu en novembre 2007 par l’Algérie et l’Italie. Ce gazoduc doit relier Hassi-R'mel à El Kala dans sa partie «On shore» sur une longueur de 640 km. Dans sa partie «Off Shore», le projet reliera El Kala à Cagliari en Sardaigne sur une distance de 310 km. Une fois réalisé, il doit acheminer un volume annuel de 8 milliards de m³ de gaz. Il a été inscrit en 2009 par la Commission européenne dans la liste des projets prioritaires.

Source :Baosem N°937 du 03/03/2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?