Général

Bulletin

Services

Société

C'est la conclusion d'une étude récente de l'association d'énergéticiens négaWatt : Réduire les consommations d'énergie crée de l'emploi

On peut réduire drastiquement nos consommations d'énergie et fermer les centrales nucléaires tout en créant davantage d'emplois qu'en ne le faisant pas: c'est la conclusion d'une étude présentée récemment par l'association d'énergéticiens négaWatt, promoteurs de la sobriété et de l'efficacité énergétique. Selon cette étude, le scénario énergétique 2011-2050 défendu par l'association, reposant sur une forte réduction de la consommation d'énergie, le développement massif des énergies renouvelables et une sortie du nucléaire en 2033, créerait en 2020 quelque 235.000 emplois de plus qu'un scénario tendanciel ne s'appuyant que sur les mesures actuellement opérationnelles. Le gain atteindrait 439.000 emplois en 2025 et 632.000 en 2030, selon ce travail présenté à la presse. Le scénario de négaWatt, ONG créée en 2001 qui revendique des centaines de membres issus de métiers de l'énergie, avait été présenté en septembre 2011 et figure parmi les travaux examinés par les experts du débat national sur la transition énergétique lancé par le gouvernement.

Dans cette étude complémentaire, l'économiste de l'environnement et chargé de recherche CNRS-Cired chiffre le nombre d'emplois détruits et créés dans 118 branches de l'économie française dans différents secteurs d'activités (bâtiment, transport, réseaux d'énergie, énergies renouvelables, etc.).

Selon son analyse, le scénario de transition proposé par négaWatt créé davantage d'emplois (dans la rénovation des bâtiments, les renouvelables, les transports en commun) qu'il n'en détruit (principalement dans les transports routiers, le bâtiment neuf, le transport aérien) en 2020, 2025 comme en 2030. Mais il crée aussi des emplois, souligne l'économiste, du fait d'une mise en œuvre moins coûteuse que le scénario tendanciel, libérant du pouvoir d'achat pour les consommateurs. Cette étude va être évidemment versée au débat national sur l'énergie, qui doit déboucher à la rentrée sur une loi de programmation définissant la nouvelle politique énergétique française, a indiqué le président de négaWatt, par ailleurs, membre du groupe des experts de ce débat. Comme toute étude économique, celle qui est présentée ici comporte des limites et des incertitudes (...), mais la rigueur et la robustesse des résultats nous permettent d'en endosser les conclusions en totalité, a souligné l'association, pour qui son scénario est une chance et non une contrainte en termes d'emplois et d'économie.

Source :Baosem N°947 du 07/04/2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?