Général

Bulletin

Services

Société

Le président d'Areva M. Luc OURSEL : Complémentarité entre l'EPR et l'Atmea

Le président d'Areva M. Luc OURSEL a souligné récemment la complémentarité entre l'EPR, réacteur de 3e génération à grande puissance développé par le groupe, et l'Atmea-1, un modèle moins puissant conçu avec le japonais Mitsubishi, qui vient d'effectuer sa première percée commerciale en Turquie. En Turquie, nous sommes rentrés en négociations exclusives avec notre partenaire Mitsubishi pour la construction de quatre réacteurs nucléaires Atmea. Pour Atmea, c'est une consécration ou une reconnaissance, a souligné M. OURSEL, qui s'exprimait lors de l'assemblée générale des actionnaires du groupe nucléaire public. EPR et Atmea se complètent ainsi pour composer une gamme large répondant aux besoins de nos clients, a-t-il ajouté. Il faisait référence à l'accord signé la semaine dernière entre les Premiers Ministres turc et japonais, Recep Tayyip Erdogan et Shinzo Abe, attribuant à un consortium franco-japonais la construction de la deuxième centrale nucléaire turque pour un montant de 22 milliards de dollars (plus de 16 milliards d'euros).

Ce consortium a sélectionné l'Atmea-1, un réacteur de 3e génération comme l'EPR, mais moins puissant (1.100 mégawatts contre 1.650) que ce dernier; et qui a été co-développé par Areva et Mitsubishi Heavy Industries (MHI). Si ce projet aboutit, cela fera de la Turquie le premier pays à employer l'Atmea-1, mais cela représentera aussi la première vente de réacteurs pour Areva depuis novembre 2007, lorsqu'il avait conclu un accord pour fournir deux EPR à la Chine. L'EPR quant à lui n'a été vendu qu'à 4 exemplaires pour le moment et a subi des revers récemment en République tchèque et en Finlande. Interrogé sur le risque que la construction de ce nouveau modèle ne soit plombée par des retards, comme l'EPR, M. OURSEL a souligné que l'Atmea bénéficierait du retour de l'expérience de son prédécesseur.

Atmea a été développé (...) avec le souci d'utiliser au maximum des systèmes et composants utilisés pour l'EPR ou le réacteur développé par Mitsubishi, et il bénéficiera du retour d'expérience de l'EPR, a-t-il assuré. Le directeur général délégué d'Areva M. Philippe KNOCHE a pour sa part souligné l'avancée de la construction des quatre EPR en construction dans le monde (un en Finlande, un en France et deux en Chine), et rappelé qu'Areva poursuivait un programme visant à optimiser le coût de ce réacteur et donc à renforcer sa compétitivité. Alors qu'un actionnaire lui demandait quel serait le 1er EPR à être achevé, M. KNOCHE ne s'est pas risqué à faire de pronostic, alors que les deux réacteurs chinois de Taishan paraissent tenir la pole position, bien que leur construction ait démarré plus tardivement. Aujourd'hui le plus avancé reste (le réacteur finlandais) 0L3, mais inversement Taishan progresse à une vitesse supérieure, a-t-il admis.

M. OURSEL a par ailleurs confirmé les objectifs financiers du groupe, qui prévoient notamment un retour à l'équilibre du cash flow opérationnel dès cette année. Enfin, il a dévoilé devant les actionnaires un nouveau slogan accompagnant le logo d'Areva, l'avenir pour énergie, ce qui résume les ambitions du groupe tant dans le nucléaire que les énergies renouvelables.

Source :Baosem N°956 du 14/05/2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?