Général

Bulletin

Services

Société

Ils sont situés dans sa nouvelle frontière inexplorée du nord et du nord-est : Le Brésil met aux enchères 289 blocs pour relancer sa production pétrolière

Le Brésil a lancé récemment le premier appel d'offres depuis cinq ans, de 289 blocs pétroliers terrestres et maritimes situés pour la plupart dans sa nouvelle frontière inexplorée du nord et du nord-est, attirant un nombre record de compagnies du monde entier. Au total, 64 entreprises de 21 pays des cinq continents se disputeront ces blocs aux réserves estimées de 9,1 milliards de barils, selon l'Agence nationale du pétrole (ANP) qui règlemente le secteur et organise la mise aux enchères. L'idée est de décentraliser l'investissement en exploitation en direction du nord et nord-est du pays, a déclaré la Directrice générale de l'ANP Magda CHAMBRIARD lors de l'ouverture officielle de l'événement dans un hôtel de Rio. Ce 11e appel d'offres vise à augmenter la production de pétrole, à créer des emplois et à augmenter les revenus de la société brésilienne.

Ces enchères devraient rapporter plus d'un milliard de dollars, et le bassin Foz do Amazonas (Amazonie) -où 97 blocs sont proposés- sera le plus disputé par les entreprises. Les blocs proposés, dont 166 en mer, 94 en eaux peu profondes, 72 en eaux profondes et 123 sur la terre ferme, totalisent une surface de 155.800 kilomètres carrés dans onze bassins sédimentaires.

Le secteur était paralysé depuis fin 2008, lorsqu'on a découvert les immenses réserves pré-salifères en eaux très profondes au large des États de Rio de Janeiro, Sao Paulo et Espirito Santo, estimées à 40 milliards de barils. Ont suivi cinq ans de tergiversations sur le partage de la future manne pétrolière. Le Brésil cherche maintenant à combler le retard accumulé car la production de pétrole dans le pays décline, les gisements du bassin de Campos au large des côtes de l'Etat de Rio sont matures, donc moins productifs. De 2,5 millions de barils en 2011, elle a chuté à moins de 2,4 millions de barils l'an dernier, et au premier trimestre 2013 le volume a encore baissé par rapport à l'an dernier. Le Brésil va constituer une des sources importantes de pétrole supplémentaires pour le marché mondial, grâce à ses réserves pré-salifères, mais à moyen ou long terme seulement. L'expert en pétrole Adriano PIRES, du Centre brésilien d'infrastructures à Rio de Janeiro, a déclaré à l'AFP qu'au cours des cinq dernières années, les entreprises sont allées investir ailleurs et qu'il y a plus de concurrence dans le secteur qu'en 2008.

Source :Baosem N°958 du 21/05/2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?