Général

Bulletin

Services

Société

L’organisation prévient qu'elle pourrait la réviser à la baisse en cas de détérioration du climat économique : Demande mondiale de brut : l'OPEP maintient sa prévision pour 2013

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a maintenu récemment quasiment inchangée sa prévision de demande mondiale de brut pour 2013, mais prévenu qu'elle pourrait la réviser à la baisse en cas de détérioration du climat économique. Le cartel qui pompe environ 35% du pétrole mondial, table sur une demande de 89,65 millions de barils par jour (mbj), selon son rapport mensuel, contre 89,66 mbj il y a un mois. Le demande mondiale de brut devrait ainsi augmenter de 0,78 mbj par rapport à 2012, une hausse portée essentiellement par la Chine et par les pays non membres de l'OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économiques). La prévision actuelle pourrait être sujette à une révision à la baisse, non seulement dans les pays membres de l'OCDE, mais également dans les économies émergentes, a toutefois estimé l'OPEP. Pour le 20e mois consécutif, la demande européenne de pétrole a baissé en avril. Les attentes concernant la consommation de brut dans la région pour 2013 se sont une nouvelle fois affaiblies par rapport aux projections du mois dernier, a expliqué le cartel.

Malgré les craintes d'un affaiblissement de la demande mondiale de brut, le cartel avait décidé fin mai de reconduire son plafond de production lors d'une réunion ministérielle à Vienne, tout en se disant prêt à agir si besoin pour préserver les prix de l'or noir. L'Iran continue de son côté de subir les effets des sanctions imposées par la communauté internationale, notamment un embargo européen sur le pétrole, en raison de son programme nucléaire controversé, selon le rapport. La République islamique, qui produisait 3,63 mbj en 2011, a vu sa production baisser à 2,97 mbj en 2012, selon des estimations basées sur des sources secondaires de l'OPEP. En mai, le pays ne fournissait que 2,64 mbj (contre 2,68 mbj en avril), n'arrivant qu'à la 5e place des producteurs de l'OPEP, alors qu'il était encore en 2e position en 2011 derrière l'Arabie Saoudite.

Par ailleurs, un nouveau rapport de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a indiqué que les économies africaines devraient enregistrer un taux de croissance appréciable de 4,4% en 2013, une performance meilleure que celle de l’année précédente. Les pays d’Afrique dans l’ensemble devraient enregistrer un bon taux de croissance en 2013 à 4,4%, principalement en raison du retour de la production pétrolière de la Libye, indique l’OPEP.
Soutenue par l’expansion des exportations de matières premières, l’Afrique sub-saharienne enregistrera une progression rapide de la croissance économique qui devrait atteindre dans la région 4,8% cette année contre 4,0% en 2012. L’amélioration du PIB de l’Egypte enregistré en mai dernier de 4,3% confirme la rapide contraction de l’inflation observée au cours des trois derniers mois, selon la même source. Bien que toujours en contraction, le PIB de l’Egypte se rapproche désormais du point le plus élevé depuis décembre dernier. L’économie égyptienne devrait croître légèrement plus vite cette année à 2,0%, après une progression de l’ordre de 1,9% l’an dernier.

Source :Baosem N°966 du 18/06/2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?