Général

Bulletin

Services

Société

Dans un message adressé aux participants au sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) : Le Président BOUTEFLIKA plaide pour des stratégies gazières basées sur des contrats à long terme

Le Président de la République, M. Abdelaziz BOUTEFLIKA, a souligné récemment la nécessité de poursuivre les stratégies gazières basées sur des longs délais d’amortissement en vue de favoriser le développement de nouveaux projets gaziers. Dans un message adressé aux participants au sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) qui s’est tenu à Moscou et lu en son nom par son représentant à ce sommet, le Président du Conseil de la nation, M. Abdelkader BENSALAH, le Chef de l’Etat a réaffirmé sa conviction que les pays exportateurs "sauront, dans un esprit de coopération renforcée, poursuivre dans cette voie, à même de favoriser le développement de nouveaux projets gaziers". Pour le Président de la République, c’est la structure de marché basée sur les contrats à long terme qui a impulsé le formidable essor de la consommation de gaz, notamment en Europe et en Asie, avec un partage équitable des risques entre importateurs et exportateurs. "La stabilité et la sécurité d’approvisionnement et de débouchés doivent se baser sur des paramètres qui ne soient pas volatils", a-t-il soutenu, faisant remarquer que les capitaux à investir dans le développement de l’industrie gazière, pour assurer la demande mondiale future sont "considérables". Il a regretté, à cet égard, la démarche "unilatérale" que souhaitent adopter certains acteurs, notamment l’Europe, sans concertation avec les pays producteurs, s’interrogeant si cette attitude "ne va pas rompre ces équilibres patiemment construits et perturber durablement ces projets". Rappelant l’importance du rôle et de la responsabilité assumés par les pays producteurs de gaz dans l’approvisionnement des marchés mondiaux en gaz naturel, le Chef de l’Etat a souligné que "l’une des premières préoccupations de notre Organisation sera certainement de préserver la stabilité, la régularité et la continuité de cette industrie" à la lumière des mutations que connaît cette industrie.

Evoquant le contexte international, le Président de la République a indiqué que ce dernier est marqué par les mêmes incertitudes que celles soulevées lors du premier sommet tenu à Doha en 2011 et liées à l’absence d’une reprise durable de la croissance dans nombre de pays industrialisés frappés par une crise économique sévère et les menaces potentielles qui pèsent sur les contrats de long terme, et qui "confirment la pertinence de nos appréhensions". Il a, ainsi, plaidé pour "une concertation permanente" entre les pays producteurs de gaz, mais également entre producteurs et consommateurs afin de développer cette source d’énergie propre appelée à constituer la transition entre les formes traditionnelles et les nouvelles énergies. Le chef de l’Etat a estimé que le sommet offre "l’opportunité d’échanger nos vues sur toutes les préoccupations que nous partageons", soulignant la volonté de ses pays membres de "faire prévaloir les intérêts fondamentaux de tous les opérateurs économiques, pays producteurs exportateurs et consommateurs confondus". Il a émis le vœu que cette rencontre puisse permettre aux membres du Forum de "convenir" d’une démarche consensuelle autour des mesures à prendre pour défendre leurs positions communes, et de réponses à apporter aux questions liées à l’importance croissante de l’industrie gazière. Se réjouissant du renforcement de l’organisation avec l’adhésion de l’Irak et des Emirats arabes unis, le Président de la République a renouvelé l’offre de l’Algérie d’abriter l’institut commun du gaz, une proposition formulée par l’Algérie et adoptée lors du 1er sommet du Forum tenue à Doha (Qatar) en 2011. L’Algérie avait présenté au Forum un projet complet sur la création de cet institut qui aura pour objectif de "fournir aux pays membres des données sur l’industrie gazière et les moyens d’en tirer les meilleurs avantages". "L’idée de création d’un institut commun du gaz est certainement à encourager", a-t-il souligné, faisant remarquer que l’Algérie a été le pionnier de l’industrie du GNL. Les prix du gaz sont actuellement fixés soit dans le cadre de contrats à long terme, qui peuvent être indexés sur le prix du pétrole, soit sur le marché au comptant.

Le 2e sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) a été consacré à l’examen de la situation du marché gazier international et ses perspectives ainsi que la promotion de la concertation entre les pays producteurs en vue d’une coordination des efforts nécessaire au développement de l’industrie gazière. Une analyse très approfondie du marché gazier international a été présentée à la réunion ministérielle du FPEG et elle a été longuement débattue", a indiqué une source proche de la réunion. Selon la même source, la délégation algérienne a présenté deux résolutions qui ont été accueillies favorablement par les participants. La première résolution, a-t-elle poursuivi, a trait à la pertinence des contrats à long terme en vue de défendre le rôle fondamental des contrats de long terme de gaz naturel pour assurer le développement de l’industrie gazière, alors que la seconde porte sur certaines mesures appliquées de manière unilatérale par quelques pays consommateurs qui affectent négativement la stabilité du marché du gaz.
La délégation russe a proposé, quant à elle, une autre proposition mettant en avant la nécessité de renforcer à grande échelle la coordination des actions afin de protéger les intérêts des pays exportateurs de gaz dans tous les domaines. Cette réunion au sommet, la deuxième du genre après celle tenue à Doha en 2011, vise à promouvoir l’échange d’expériences et la coopération concernant le développement des technologies de pointe et l’élargissement de leur utilisation ainsi que la diversification des sources d’approvisionnent à travers la coopération entre les producteurs de cette ressource stratégique. Le sommet de Moscou traduit la détermination des pays exportateurs à mettre en place des mécanismes et programmes efficients visant à consolider la coopération et l’échange d’informations techniques et à promouvoir l’utilisation du gaz naturel dans de nouveaux secteurs.

La 15e réunion ministérielle destinée à préparer le sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement à laquelle a pris part le Ministre de l’Energie et des Mines, M. Youcef YOUSFI, s’est tenue récemment à Saint Petersburg (Russie). L’idée de tenir pour la première fois un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz a été évoquée lors de la 10e réunion ministérielle du forum, tenue au mois d’avril 2010 à Oran en Algérie. Elle a été entérinée au terme de la 11e session ministérielle tenue le 2 décembre 2010 à Doha. Cette décision a été motivée par la volonté des Etats membres du Forum de consacrer un prix équitable du gaz naturel et de contribuer à assurer la stabilité du marché dans un contexte international marqué par des appréhensions relatives à la volatilité des prix et par la volonté des pays développés de contrôler les sources d’énergie et sécuriser les approvisionnements en gaz naturel. Le Forum des pays exportateurs de gaz, créé en 2001, regroupe les principaux pays exportateurs de gaz, à savoir l’Algérie, la Russie, l’Iran, le Qatar, la Guinée Equatoriale, le Nigeria, le Trinidad et Tobago, la Libye, l’Egypte, la Bolivie et le Venezuela, ainsi que le Sultanat d’Oman. D’autres pays en sont observateurs. Il s’agit de la Norvège, des Pays-Bas et du Kazakhstan. Le FPEG est d’autant plus important qu’il regroupe les pays détenteurs des deux tiers (2/3) des réserves mondiales de gaz, 40% de la production mondiale de gaz et 60 % des exportations gazières. Ces pays contrôlent par ailleurs 38% des exportations de cette ressource via des gazoducs et 85% du gaz liquéfié. Il a pour objectif d’échanger des informations, d’intensifier le dialogue, d’aider ses membres à mieux exploiter leurs ressources naturelles (gaz), de suivre les tendances de l’offre et des prix et le développement des projets.

Source:Baosem N°972 du 09/07/2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?