Général

Bulletin

Services

Société

Le dernier forage (GM-ES 5) de la première phase d'exploration a été lancé en aout : Pétrole en Guyane : Shell va présenter un nouveau programme de forages

La société pétrolière Shell a annoncé récemment à Cayenne qu'eZlle présenterait un nouveau programme de travaux à l'issue de la campagne de forage qui doit se terminer en décembre 2013 avec le retrait du navire de forage des eaux guyanaises. Shell a lancé début août le dernier forage (GM-ES 5) de cette première phase d'exploration à 7 km du puits GM-ES 1 qui avait révélé la présence d'hydrocarbures en 2011 à une profondeur proche de 6.000 mètres (2.000 mètres d'eau et près de 4.000 mètres sous le fond de l'océan). Après ce cinquième forage qui doit s'achever au mois de décembre, le navire de forage (Stena Ice Max) se déplacera sur d'autres zones et quittera la Guyane. Le quatrième forage qui s'est arrêté au début du mois d'août (GM-ES 4) n'a pas révélé la présence d'hydrocarbure. Shell devra ensuite analyser ces cinq forages de manière approfondie pour définir les prochaines cibles et présenter un nouveau programme de travaux auprès des services instructeurs de l'Etat, a annoncé la compagnie lors de la commission guyanaise.
Ce nouveau programme de travaux permettra au consortium de poursuivre les opérations d'exploration de son permis Guyane maritime qui a été prolongé jusqu'en juin 2016 par arrêté préfectoral. Après le succès du premier forage (GM-ES 1) en septembre 2011, Shell a connu trois revers successifs en décembre 2012 (GM-ES 2), en avril (GM-ES 3) puis au début du mois d'août 2013 (GM-ES 4). Face aux doutes suscités en Guyane après ces échecs, les représentants de Shell ont affirmé devant la commission guyanaise que la compagnie continuera à accompagner la préparation de l'avenir des activités pétrolières en Guyane, en vue de sa prochaine campagne et des phases ultérieures éventuelles. Ces opérations, qui suscitent les inquiétudes d'ONG environnementales, notamment à cause des forts courants sous-marins dans les eaux guyanaises, sont soumises à une réglementation qui devrait être renforcée avec la réforme en préparation du code minier.

Quatre recours administratifs ont été déposés en juillet 2012 contre les arrêtés préfectoraux autorisant la reprise des forages. Shell exploration production France est le principal opérateur (45%) du consortium qui détient ce permis avec Tullow Oil (27,5%), Total E&P Guyane Française (25%), NorthPet et Wessex (2,5%).

Source :Baosem N°991 du 15/09/2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?