Général

Bulletin

Services

Société

Le Président Directeur Général du Groupe, M. Nourredine BOUTARFA l’a affirmé : Réalisation des centrales électriques : Sonelgaz va abandonner la formule clé en main

Le Groupe Sonelgaz compte abandonner progressivement la formule clé en main dans l’attribution des marchés de réalisation des centrales électriques, une décision qui va réduire le coût de construction de ces usines, a annoncé récemment à Alger son PDG, M. Nourredine BOUTARFA. "Le Groupe Sonelgaz a décidé d’abandonner d’ores et déjà le clé en main pour les postes et lignes électriques haute et très haute tension. Pour les centrales électriques la formule clé en main sera abandonnée progressivement dans l’objectif de domicilier la fabrication des équipements en Algérie", a déclaré M. BOUTARFA au cours d’une conférence de presse sur les réalisations et les investissements de son Groupe. Le PDG du Groupe Sonelgaz a affirmé que cette décision, tant souhaitée, par son Groupe devrait réduire sensiblement les coûts de réalisation des centrales électriques.

En domiciliant en Algérie la fabrication de quelque lots de centrales électriques, le Groupe Sonelgaz "va réduire les coûts des contrats EPC (Engineering, procurment & construction ou clé en main). Cette politique nous a aidé à ramener les coûts d’une centrale de 8.000 MW au prix de celle de 2.500 MW", a-t-il illustré. "Nous sommes sur les meilleurs prix pratiqués sur les marchés internationaux", a-t-il dit. Selon le premier responsable du Groupe Sonelgaz, cette décision est un retour à la politique qui a prévalu avant la promulgation de la loi 2002 sur l’électricité et qui donnait au Groupe Sonelgaz le monopole dans la réalisation des centrales électriques en s’appuyant sur des projets d’intégration industrielle. Avec la loi de 2002, a-t-il expliqué, ce monopole a été enlevé au Groupe Sonelgaz. Les entreprises qui ont construit des centrales électriques après cette date se souciaient peu de l’intégration industrielle et recouraient à la formule clé en main pour l’acquisition de ces centrales. "Ces entreprises avaient des stratégies commerciales et n’ont pas des stratégies d’intégration industrielle", a tenu à préciser M. BOUTARFA.

La première étape dans l’application de la décision de l’abandon de la formule clé en main a été franchie à l’issue de l’ouverture des plis des offres portant fourniture d’îlots de puissance associée. Selon le PDG, la société retenue à cet effet s’est engagée à s’associer en partenariat avec le Groupe Sonelgaz dans la réalisation d’un complexe industriel pour fabriquer en Algérie des turbines à gaz et des turbines à vapeur, des alternateurs ainsi que leurs systèmes de contrôle commande. Dans une deuxième étape, qui est en cours, il est attendu la réalisation en Algérie d’autres équipements essentiels en partenariat ou par l’acquisition d’une licence. Il est prévu dans ce cadre de créer en partenariat avec des groupes étrangers une société spécialisée dans l’EPC, c’est à dire dans la réalisation complète du projet afin d’investir l’engineering de détail et d’approvisionnement qui permettra à l’avenir au Groupe Sonelgaz de réaliser des centrales électriques en lots totalement décomposés, a fait savoir le premier responsable du Groupe. La décomposition de lots favorisera la fabrication de bon nombre d’autres composants en Algérie, a précisé M. BOUTARFA.

D’autre part, il faut rappeler que les entreprises chinoises avaient présenté, récemment, les meilleures offres pour remporter au moins trois des six centrales électriques qui seront réalisées à moyen terme par le Groupe Sonelgaz. Lors de la séance d’ouverture des offres techniques et financières de l’appel d’offres relatif à la réalisation de ces futures centrales, tenue récemment à Alger, le groupement d’entreprises chinoises CNTIC-JEPDI-ZTPC a présenté la meilleure offre pour les centrales de Khenchela et de Jijel. Ce groupement a fait l’offre la mieux disante de 2,618 DA le kilowatt/heure pour la centrale de Kais à Khenchela, et de 2,646 DA/Kwh pour celle de Bellara à Jijel. De son côté, l’entreprise chinoise "Power Corp of China" a été classée première pour les offres de réalisation de la centrale de Djelfa avec 2,764 DA/Kwh, selon la même source. Le groupement Gama-Metka (Turquie-Grèce) est bien parti pour la réalisation des centrales de Naâma et Biskra avec des offres respectives de 2,286 DA/Kwh et 2,264 DA/Kwh.

La réalisation de la centrale de Mostaganem sera confiée au groupe coréen Samsung, qui a proposé un Kwh à un tarif de 2,165 DA, selon la même source. Quatorze soumissionnaires avaient présenté leurs offres techniques et financières relatives à l’appel d’offres national et international pour la réalisation de ces 6 centrales électriques d’une puissance de 1.200 à 1.600 mégawatts (MW) chacune à l’horizon 2017. L’opération d’ouverture des plis avait été pilotée par la Compagnie d’engineering de l’électricité et du gaz (CEEG), filiale du Groupe Sonelgaz. Par ailleurs et toujours dans l’électricité, le Président Directeur Général du Groupe Sonelgaz a affirmé que la demande en électricité durant l’été a été satisfaite grâce aux investissements consentis par les sociétés du groupe qui ont permis de mobiliser une puissance de 12.149 MW. "Le contexte de croissance forte de la demande exige en permanence la mise en service de nouveaux moyens de production, soit prés de 2.000 MW par an pendant dix ans et 2,5 milliards de dollars d’investissements chaque année", a avancé M. BOUTARFA.

Source :Baosem N°992 du 17/09/2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?