Général

Bulletin

Services

Société

Le groupe est déjà présent dans le pays à travers son alliance avec Novatek dans le projet d'usine de liquéfaction Yamal LNG : Total convoite le pétrole et gaz de schiste en Russie

Le français Total s'intéresse aux réserves de pétrole et gaz de schiste en Russie, a indiqué M. Yves-Louis DARRICARRERE, directeur général de la branche exploration-production du groupe français, dans une interview publiée récemment par le quotidien russe Kommersant. Total est déjà présent en Russie à travers son alliance avec le groupe gazier Novatek dans le projet d'usine de liquéfaction Yamal LNG, ainsi que via sa participation au champ pétrolier Khariaga, dans le Grand nord de la Russie. Le groupe est aussi le partenaire du géant Gazprom dans le projet Chtokman dans l'Arctique russe, qui peine toutefois à se concrétiser. Bien qu'actuellement nos projets les plus importants en Russie sont liés au gaz, nous nous intéressons aussi au pétrole. En particulier, nous nous intéressons aux nouvelles perspectives qui s'ouvrent en ce qui concerne le gaz de schiste, et surtout le pétrole de schiste, dont les réserves en Russie sont potentiellement énormes, a déclaré M. DARRICARRERE, dans des propos cités en russe par Kommersant.

Selon nos estimations, au total, la part (des réserves de pétrole non-conventionnel) sera d'environ 15% de la production totale de pétrole d'ici la fin de la prochaine décennie, a-t-il souligné, estimant que sans ces nouvelles ressources, il ne sera pas possible de satisfaire la demande croissante en pétrole dans le monde. Dans cette optique, Total est en train de passer en revue des partenaires potentiels en Russie. Une grande part des réserves de pétrole non conventionnel en Russie se trouvent sur des zones où des licences ont déjà été attribuées à des producteurs d'hydrocarbures, a expliqué le directeur. C'est la raison pour laquelle nous examinons les possibilités d'exploiter de telles réserves avec différentes entreprises, a-t-il dit, ajoutant que le groupe s'intéressait aussi aux secteurs dont les licences n'ont pas encore été attribuées. Même si nous remportons l'appel d'offres, nous essaierons de trouver un partenaire russe pour travailler sur ce secteur, a-t-il précisé.

Source :Baosem N°994 du 24/09/2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?