Général

Bulletin

Services

Société

Ils sont portés par l'accélération de la croissance chinoise et la faiblesse du dollar : Les prix du pétrole enregistrent une hausse

Les cours du pétrole progressaient en fin d'échanges européens, portés par l'accélération de la croissance chinoise au troisième trimestre et la faiblesse d'un dollar pénalisé par les conséquences de la crise budgétaire américaine. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 109,65 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 54 cents par rapport à la clôture de jeudi. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en novembre gagnait 37 cents, à 101,04 dollars. L'accélération de la croissance chinoise au troisième trimestre a soutenu les cours du brut vendredi en l'absence de nouvelles informations sur l'offre, indiquait un analyste chez GFT Markets. La croissance de l'économie chinoise s'est établie à 7,8% au troisième trimestre 2013, marquant sa première accélération après deux trimestres de ralentissement, a annoncé le gouvernement chinois. Or la Chine est le deuxième consommateur d'or noir derrière les États-Unis et le premier importateur au monde. Les prix du pétrole étaient également portés par l'idée que la Fed (Réserve fédérale américaine) repoussera la diminution de son programme de rachat d'actifs à cause de l'incertitude entourant l'économie américaine après la dispute budgétaire, indiquait un analyste de Tradition Energy. La Réserve fédérale américaine injecte chaque mois 85 milliards de dollars dans le système financier via des rachats d'actifs, afin de soutenir la reprise de la première économie mondiale. Ces mesures d'aide ont tendance à affaiblir le dollar et à alimenter l'appétit pour les actifs à risque, deux éléments qui jouent en faveur du pétrole. La monnaie américaine est d'ailleurs tombée récemment à son plus bas niveau depuis huit mois et demi face à l'euro, ce qui rend les actifs libellés en dollars, tel que le pétrole, plus attractifs pour les investisseurs munis d'autres devises. La hausse des prix du pétrole était toutefois contenue par l'impact des turbulences budgétaires aux États-Unis, malgré l'accord temporaire conclu récemment. D'une part, les investisseurs craignent l'impact de près de trois semaines de paralysie d'une partie de l'État fédéral sur la croissance des États-Unis, premier consommateur mondial de brut. Par ailleurs, la paralysie a empêché le département américain à l'Énergie (DoE) de publier ses statistiques officielles sur le niveau des stocks pétroliers aux États-Unis. En l'absence de ces données, les investisseurs se sont tournés vers celles de la fédération professionnelle API, qui ont montré une forte hausse des stocks de brut (+5,9 millions de barils) lors de la semaine terminée le 11 octobre. Le DoE, qui a repris ses activités, a annoncé qu'il communiquera le niveau des stocks pour la semaine dernière lundi à 14H30 GMT.

Source :Baosem N°1001 du 27/10/2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?