Général

Bulletin

Services

Société

Les nouvelles ressources fossiles permettront d’y répondre : La demande pétrolière mondiale continuera à grimper d’ici à 2035

La demande pétrolière mondiale continuera à grimper d’ici à 2035, mais les nouvelles ressources fossiles permettront d’y répondre en compensant l’important déclin des champs pétroliers existants, a prédit récemment l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Tirée par les pays émergents comme la Chine et l’Inde, notamment dans le secteur pétrochimique et les transports, la consommation mondiale de brut devrait atteindre 101 millions de barils par jour (mbj) en 2035, indique l’AIE dans son World Energy Outlook, sa grande étude prospective annuelle. Soit 14 mbj supplémentaires en un quart de siècle et 1,3 million de barils de plus que les 99,7 mbj anticipés l’an dernier. A la même échéance, le prix moyen du baril de brut tournera autour de 128 dollars (en dollars constants), contre une centaine de dollars cette année, alors que l’AIE prédisait l’an dernier un prix du baril de 125 dollars à cet horizon.

La production de pétrole dit non conventionnel, comme le pétrole de schiste aux Etats-Unis et les sables bitumeux au Canada, permettra d’étancher cette soif d’or noir, alors que la production des champs pétroliers aujourd’hui en activité chutera de plus de 40 mbj en 2035, selon l’organisation énergétique des pays développés. La part de pétrole conventionnel dans la consommation d’or noir reculera à 65 mbj, contre environ 70 actuellement. "L’augmentation du pétrole non conventionnel (dont le pétrole de réservoirs compacts) et des liquides de gaz naturel permet de combler le fossé grandissant entre la demande pétrolière mondiale (...) et la production de pétrole brut conventionnel", assure le bras énergétique de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). La découverte de nouveaux gisements de pétrole, notamment au large du Brésil, compensera également ce déclin. Dans le même temps, l’accès aux ressources non conventionnelles grâce à l’avancement technologique conférera un avantage compétitif aux Etats-Unis par rapport à l’Union européenne et au Japon, surtout dans les secteurs très énergivores comme l’acier, le papier ou le ciment.

Source :Baosem N°1009 du 24/11/2013

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?