Général

Bulletin

Services

Société

Les Groupes Sonatrach et Sonelgaz ont largement contribué à la réalisation de plusieurs stations de dessalement d'eau de mer : La situation en matière de distribution de l'eau est confortable

Les différents programmes initiés par le gouvernement depuis le début des années 2000, et notamment la contribution des Groupes Sonatrach et Sonelgaz à travers la réalisation de plusieurs stations de dessalement d'eau de mer, ont permis de parvenir à une situation relativement confortable dans le domaine de la distribution de l'eau, a indiqué récemment à Alger, le Ministre des Ressources en Eau, M. Hocine NECIB en marge de la cérémonie d'ouverture de la journée mondiale de l'eau. Dès 2001, les pouvoirs publics ont décidé de placer l'alimentation en eau par le recours à l'eau de mer, en tête des priorités du plan de relance économique, doté alors de 7 milliards de dollars. Le Secteur de l'Energie et des Mines a été chargé de mettre en œuvre un ambitieux programme pour la réalisation de 13 stations de dessalement d'eau de mer d'une capacité globale de production de 2,3 millions de m3 par jour. Les groupes Sonatrach et Sonelgaz, les deux plus importantes sociétés énergétiques du pays, se joignent en mai 2001 pour créer AEC (Algerian Energy Compagny), une société dont l'activité est concentrée sur le dessalement d'eau de mer.

"Il y a eu des réformes profondes pour un service public de l'eau performant ce qui a permis de parvenir à une situation relativement confortable dans le domaine de la distribution de l'eau", a-t-il déclaré à la presse lors de la visite des travaux d'aménagement de l'embouchure de oued El Harrach, à l'occasion de la célébration de la journée mondiale de l'eau. Selon le Ministre, la distribution de l'eau en Algérie a connu une nette amélioration comparativement aux années 1980 et 1990 lorsque le pays a connu une succession de périodes de sécheresse. Il a fait état de nouveaux projets comme la livraison en juin prochain de la station de dessalement d'eau de mer à Oran d'une capacité de 500.000 mètres cube par jour. M. NECIB a aussi rappelé la réalisation d'autres projets susceptibles de sécuriser l'alimentation en eau dans diverses régions du pays en faisant référence à la nappe phréatique aux frontières avec la Tunisie et la Libye, affirmant que 2,5 milliards de mètres cube sont exploités annuellement. Il a mis en avant, à ce titre, le programme de transfert des eaux du sud vers les Hauts Plateaux, soit à partir de Laghouat et Ghardaïa vers Djelfa, M'Sila et Tiaret.

"Les études sont terminées et le projet sera inscrit en 2015 pour réaliser cette opération", a-t-il encore indiqué. Parmi les autres projets cités par le Ministre pour sécuriser l'approvisionnement en eau figure aussi l'acquisition de groupes électrogènes pour les utiliser notamment en période estivale. A propos du projet de gestion déléguée de l'eau à Annaba et El Tarf, le Ministre a affirmé qu'un appel d'offres sera lancé en avril prochain après avoir achevé l'élaboration du cahier des charges. Le Ministre a rappelé que des expériences similaires sont déjà effectives à Oran, Constantine et Alger. Pour le cas d'Alger, le Directeur Général de la SEAAL, M. Jean-Marc JAHN, a indiqué que cette société est concernée par le projet d'amélioration de la qualité de vie comme cela est illustré dans sa participation pour rendre l'environnement immédiat de oued El Harrach moins polluant à travers des pulvérisateurs. "Les stations d'épuration d'eau de Baraki, de Zéralda et de Béni Messous contribueront à épurer les eaux usées à Alger à 100% en 2018", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le Ministre de l'Hydraulique et des Ressources en Eau a indiqué que quatre vingt dix huit pour cent (98%)de la population algérienne est raccordée à un réseau d'alimentation en eau potable et 75 % d'entre elle reçoit de l'eau en continu. "Sur les 98 % de la population algérienne raccordée à l'eau potable, 75% reçoit de l'eau en continu soit 24h sur 24 ou soit une ou deux fois par jour et 25% de la population restante reçoit de l'eau avec une réduction dans la fréquence de distribution", a précisé M. NECIB. Le Ministre a ajouté sur le même sujet que les eaux usées et épurées étaient destinées à l'agriculture en vue de l'irrigation. S'exprimant sur les changements climatiques, M. NECIB a indiqué que c'était l'une des préoccupations majeures du secteur de l'hydraulique, rappelant que les perturbations climatiques avaient un impact négatif sur les ressources en eau.

Source :Baosem N°1047 du 01/04/2014

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?