Général

Bulletin

Services

Société

C’est ce qu’a affirmé le vice-président du Groupe M. Alexandre MEDVEDEV : Gazprom respectera ses engagements commerciaux envers l’Allemagne

Le géant gazier russe Gazprom va respecter ses engagements commerciaux avec l'Allemagne en termes de livraison de gaz quelles que soient la situation actuelle à cause de l'Ukraine, a affirmé le vice-président du groupe M. Alexandre MEDVEDEV, dans un entretien au journal allemand Handelsblatt. Nous tenons nos engagements contractuels vis-à-vis de l'Allemagne, a déclaré M. MEDVEDEV, selon des extraits publiés en avance de son interview.

La crise entre la Russie et l'Ukraine et la menace de sanctions économiques de l'Union européenne envers Moscou, a lancé en Allemagne un débat sur la dépendance énergétique de l'Allemagne au gaz russe. Gazprom fournit 35% de son gaz à l'Allemagne. Quel sens cela aurait-il si nous renoncions aux rentrées d'argent qu'apportent les exportations de gaz ?, a soulevé Alexandre MEDVEDEV, rappelant que le groupe devrait payer de grosses pénalités s'il ne respectait pas les contrats.

Alors que certains en Allemagne ont émis la crainte que Moscou réplique à des sanctions européennes en coupant le robinet du gaz, le responsable de Gazprom affirme que le gaz n'est pas une arme, c'est une marchandise. A la suite de l'annexion de la Crimée, la Russie a annulé cette semaine un accord de réduction du prix du gaz passé avec l'Ukraine en 2010 en contrepartie de l'utilisation par la Flotte de la Mer Noire russe de sa base de Sébastopol, en Crimée. Outre une hausse immédiate du prix du gaz livré à Kiev, Gazprom réclame 11 milliards de dollars de dette gazière. Nous n'augmentons pas les prix, nous revenons seulement à des prix de marché. (...) Qu'aurait fait une entreprise européenne dans une telle situation ?, a défendu M. MEDVEDEV, dans le Handelsblatt.

D’autre part, et concernant le gazoduc South Stream, le groupe public russe Gazprom a annoncé, dans un communiqué, que le groupe allemand Siemens fournira des équipements pour le tronçon sous-marin conformément à un contrat signé avec South Stream Transport B.V."South Stream Transport B.V. et Siemens AG ont signé un contrat sur la livraison de systèmes électrotechniques et de contrôle pour le tronçon sous-marin du gazoduc South Stream. Aux termes du contrat, Siemens AG livrera des équipements de télécommunications et des systèmes de contrôle automatique et de gestion pour les points d'arrivée à terre du gazoduc en Russie et en Bulgarie ainsi que des équipements pour les salles de contrôle centrale et de réserve de la société South Stream Transport", lit-on dans le communiqué du Groupe russe. D'une capacité de 63 milliards de m³ de gaz par an, le projet South Stream est appelé à réduire la dépendance des fournisseurs et des consommateurs vis-à-vis des pays transitaires, en l'occurrence l'Ukraine. Le gazoduc, qui comprendra quatre conduites de 15,75 milliards de m³ chacune, doit atteindre sa pleine capacité en 2018. Une partie du pipeline passera par le fond de la mer Noire, dans les eaux territoriales turques, et reliera le littoral russe au littoral bulgare. Le projet est financé par le russe Gazprom (50%), l'italien Eni (20%), Wintershall et EDF (15% chacun).

Source :Baosem N°1051 du 13/04/2014

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?