Général

Bulletin

Services

Société

«Pas de projet d'augmentation des tarifs de l’électricité, du gaz natural et des carburants»

Le ministère de l'Énergie et des Mines a indiqué qu'il n'y a pas de projet d'augmentation des tarifs de l'électricité, du gaz naturel et des carburants. "Contrairement à des allégations rapportées par certains organes de presse, le Ministre de l'Énergie et des Mines confirme qu'il n'y a pas de projet d'augmentation des tarifs de l'électricité, du gaz naturel et des carburants", souligne le ministère dans un communiqué. Sous l’égide du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le laboratoire de valorisation des énergies fossiles de l’École nationale polytechnique a organisé, le 07 avril 2014 à l’hôtel Hilton, la 18e Journée de l’énergie, sur le thème : «Une nécessaire transition énergétique pour garantir le développement durable».

Sous l’égide du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le laboratoire de valorisation des énergies fossiles de l’École nationale polytechnique a organisé, le 07 avril 2014 à l’hôtel Hilton, la 18e Journée de l’énergie, sur le thème : «Une nécessaire transition énergétique pour garantir le développement durable».

Cette rencontre scientifique, qui a réuni un aréopage de spécialistes et de cadres supérieurs dans le domaine de l’énergie, d’éminents chercheurs, fut rehaussée par la présence du Premier Ministre par intérim, Monsieur Youcef Yousfi. On note aussi la présence du Président du Conseil National Economique et Social, Mohamed Seghir-Babès, du Secrétaire Général du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique, M. Seddiki, du directeur de l’École nationale polytechnique, Monsieur Chems Eddine Chitour, qui a mis en exergue l’importance qu’il y a lieu de signifier en cette occasion, observant que diverses raisons plaident pour le recours aux énergies dites «alternatives», avec l’amorce d’un déclin des énergies fossiles. Le pétrole devenant rare, il est tout à fait possible que le paysage énergétique change dans les quinze prochaines années. S’agissant de l’Algérie, seule une transition énergétique permettra de tourner le dos aux fossiles et, conséquemment, développer les gisements d’énergie verte, les économies d’énergie, mais aussi le moment est venu pour les gaz de schiste dès lors que la technologie devienne mature. Le Premier ministre, Monsieur Youcef Yousfi, a justement abondé dans ce sens en soulignant la nécessité, voire l’urgence de baliser le terrain à cette transition à la fois indispensable et incontournable pour l’avenir de notre pays en termes de satisfaction de la consommation en énergie par nos concitoyens, d’autonomie financière, de mise en place d’une ingénierie énergétique fiable et moderne. Pour faire saisir l’enjeu en question et le défi à relever pour nos scientifiques, il a cité assez brièvement la contrainte démographique à laquelle fera face notre pays. Le Premier ministre a cité diverses sources d’énergie hors hydrocarbure susceptibles d’être mises à contribution pour la promotion de l’énergie renouvelable.

«Le charbon, avec des réserves à exploiter, le photovoltaïque avec la production par Sonatrach de 400 mégawatts, le solaire thermique avec un centre hybride à Hassi R’mel, dont le coût d’exploitation est très élevé, l’énergie éolienne, indiquant qu’il existe une ferme éolienne à Adrar de 10 mégawatts, la ressource géothermique avec 250 sources thermales, le dessalement d’eau de mer par le solaire, la valorisation d’hydrocarbures non conventionnels comme le schiste bitumineux disponible en très grande quantité dans notre pays. Ce sont autant de champs de recherche à développer, et le rôle de la science est capital», a encore indiqué M. Yousfi.

À terme, il va falloir graduellement mobiliser le potentiel de ces énergies nouvelles, pour donner un sens à cette transition énergétique et au développement durable. Le Premier ministre a indiqué qu’un plan de développement de l’énergie est mis en place pour 2030, avec une production de 12.000 mégawatts destinés à satisfaire nos besoins en électricité dans une proportion de 30 à 35%.

Source :Baosem N°1052 du 15/04/2014

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?