Général

Bulletin

Services

Société

Si le groupe n'obtient pas au moins un des deux parcs proposés dans le cadre du deuxième appel d'offres : France/Eolien en mer: Alstom dit jouer la viabilité de son projet industriel

La viabilité économique du projet industriel d'Alstom dans les éoliennes marines en France est menacée si le groupe n'obtient pas au moins un des deux parcs éoliens en mer proposés dans le cadre du deuxième appel d'offres français, a-t-il prévenu récemment. Il y a deux champs, il nous en faut un, a indiqué à l'AFP M. Nicolas SERRIE, directeur France pour l'éolien offshore chez Alstom. Selon des informations de presse, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a recommandé de retenir GDF Suez et ses alliés, le Portugais EDP Renouvelables et le Français Neoen, qui sont candidats avec l'éolienne de 8 mégawatts d'Areva, pour les deux futurs parcs éoliens de 500 mégawatts chacun des îles d'Yeu et Noirmoutier (Vendée) et du Tréport (Seine-Maritime).

Le consortium de GDF Suez serait ainsi préféré à celui mené par EDF, allié à l'Allemand WPD Offshore, avec Alstom et son éolienne de 6 mégawatts comme équipementier. Mais la décision finale appartient à la nouvelle Ministre de l'Ecologie et de l'Energie Mme Ségolène ROYAL. Un champ comme celui de Noirmoutier, cela représente un an de charge pour nos usines, a argumenté M. SERRIE. Associé à Alstom, EDF avait remporté trois des quatre parcs attribués lors du premier appel d'offres en 2012, le dernier revenant à l'espagnol Iberdrola. Alstom a prévu de mettre en service début 2015 deux usines de nacelles et de générateurs d'éoliennes à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), et deux autres sont prévues à Cherbourg (Manche), pour les tours et les pales, ce qui représente 5.000 emplois, dont 1.000 directs, selon le groupe.

Le business case (la justification économique, NDLR) est basé sur 2 gigawatts, a expliqué M. Nicolas SERRIE. On a obtenu 1,5 gigawatt lors du premier appel d'offres (...) Pour respecter nos 2 gigawatts et rentrer dans nos coûts (...), il nous faut 500 mégawatts sur le second appel d'offres. Il n'a pas voulu dire quelles seraient les conséquences concrètes d'une défaite du groupe au deuxième appel d'offres. On n'a pas perdu. Je pense que tout est encore sur la table. Outres les parcs obtenus en France, les usines d'Alstom construiront notamment les cinq éoliennes qui équiperont le parc offshore de Block Island, au large des côtes de l'Etat américain du Rhode Island (est). Ce site, qui sera l'un des premiers parcs éoliens en mer installés au large des côtes des Etats-Unis, présentera une puissance maximale de 30 mégawatts.

Source :Baosem N°1054 du 22/04/2014

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?