Général

Bulletin

Services

Société

Après sa sortie réussie d'Argentine : Repsol : Fitch relève sa note, S&P améliore sa perspective.

Les agences de notation Fitch et Standard & Poor's se sont montrées plus optimistes quant au géant pétrolier espagnol Repsol, la première augmentant sa note d'un cran et la seconde lui attribuant une perspective positive, après sa sortie réussie d'Argentine. Le groupe, empêtré pendant deux ans dans un conflit avec Buenos Aires qui avait nationalisé sa filiale YPF, a tourné la page à une vitesse record, bouclant cette semaine sa sortie du pays et empochant plus de 4 milliards d'euros au passage. Fitch a réagi récemment en relevant la note de Repsol de BBB- à BBB, dans la catégorie des émetteurs de qualité moyenne mais en mesure de faire face à leurs obligations de manière adéquate, avec une perspective positive, ce qui signifie que l'agence américaine pourrait encore la relever à moyen terme.
Le relèvement de la note reflète la monétisation réussie de la quasi-totalité de 5,32 milliards de dollars US en obligations argentines que Repsol a reçus comme compensation de l'expropriation de 51% de son ancienne filiale YPF et YPF Gas, ainsi que les 1,3 milliard d'euros reçus de la vente de la part minoritaire que gardait Repsol dans YPF, explique Fitch dans un communiqué. L'agence indique qu'elle avait prévu d'améliorer la note du géant pétrolier si celui-ci obtenait au moins 3 milliards de dollars de la vente des bons argentins, un chiffre largement dépassé alors que Repsol en a tiré déjà plus de 4,8 milliards, sans compter le dernier paquet d'obligations, d'une valeur nominale de 117,36 millions de dollars, qu'il lui reste.
Au cours des derniers jours, le géant espagnol s'est aussi débarrassé de la quasi-totalité (11,86%) de la part qu'il conservait dans YPF, la vendant le 7 mai pour 1,256 milliard de dollars (un peu plus de 900 millions d'euros) à la banque d'affaires américaine Morgan Stanley. Cette dernière a précisé mardi à l'AFP avoir placé ces actions auprès d'investisseurs en Europe, en Amérique Latine et aux Etats-Unis. De son côté, Standard & Poor's a elle amélioré la perspective de la note qu'elle attribue à Repsol, de stable à positive, soulignant que le groupe a effectué ses mesures de réduction de dette en bouclant la vente de sa division de gaz naturel liquéfié (GNL) en janvier, au groupe pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell pour 4,1 milliards de dollars (environ 3 milliards d'euros). Une réduction de dette accentuée par le fait que Repsol a vendu la part qu'il lui restait dans l'Argentin YPF et les obligations versées en compensation, note aussi l'agence, qui qualifie ces entrées d'argent de substantielles.
Après des mois de conflit et la menace de longues poursuites judiciaires, Repsol a bouclé en un temps record son aventure en Argentine, commencée en 1996 et confirmée par l'OPA en 1999 sur YPF, et a empoché au passage presque 6,1 milliards de dollars (4,4 milliards d'euros), une opération saluée par les analystes. Fitch se montre optimiste sur l'avenir du groupe espagnol, qui selon elle augmentera son profil d'activité dans l'upstream (exploration et production, ndlr) en bouclant des projets clés dans les deux prochaines années et maintiendra un niveau élevé d'efficacité opérationnelle. Repsol a notamment indiqué que la somme provenant de l'accord de compensation avec l'Argentine pourrait lui servir à réaliser des acquisitions au sein de l'OCDE.

Source : Baosem N°1065 du 25/05/2014

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?