Général

Bulletin

Services

Société

Selon le Premier ministre M. Dmitri MEDVEDEV : Le gaz russe qui n'irait plus vers l'UE peut être réorienté vers la Chine.

Le Premier ministre russe M. Dmitri MEDVEDEV a admis récemment la possibilité théorique d'une réorientation vers la Chine des exportations de gaz russe qui n'iraient plus vers l'Europe, dans un entretien publié alors que le Président M. Vladimir POUTINE est à Shanghai. Si l'on envisage le pire, de manière purement théorique le gaz qui ne serait pas livré en Europe peut être envoyé (...) en Chine, a déclaré M. MEDVEDEV dans cet entretien à Bloomberg dont le texte a été publié sur le site du gouvernement russe. Ce n'est, je le souligne, pour l'instant qu'une possibilité absolument théorique, a-t-il ajouté. Nous ne pouvons pas livrer notre gaz seulement au marché européen, car nous en avons assez pour le livrer aussi sur le marché asiatique, a encore souligné M. MEDVEDEV.
M. MEDVEDEV détaille par ailleurs ce que Moscou attend de l'Ukraine pour ne pas cesser ses livraisons de gaz à ce pays.

Par ailleurs, le Ministre russe de l'Énergie M. Alexandre NOVAK a affirmé que le gaz qui pourrait être vendu à l'Europe par les États-Unis sera près de deux fois plus cher que le gaz fourni par la Russie. Le prix de ce gaz sera une fois et demie à deux fois plus élevé que (le prix) du gaz qui est livré via les gazoducs, y compris depuis la Russie, a assuré M. NOVAK au cours d'une interview diffusé par la télévision russe RT. Fort de ses larges réserves, Washington avait déclaré en mars être prêt à augmenter significativement ses livraisons de gaz de schiste à l'Union européenne, afin de contrecarrer la domination du fournisseur russe, dont l'UE tire le quart de ses besoins. M. NOVAK a pour sa part estimé que le gaz américain ne constituait pas une menace pour la position de la Russie.

La révolution du gaz de schiste a déjà eu lieu, et son pic a certainement déjà été atteint. (...) En réalité, dans les deux dernières années, nous observons une forte stagnation de la production aux États-Unis, a lancé le ministre russe de l'Énergie. Face aux tensions nées de la crise ukrainienne, l'UE cherche à diversifier ses sources d'approvisionnement en gaz, alors que Moscou peine à ménager sa réputation de fournisseur fiable. Le président russe Vladimir Poutine a menacé la semaine dernière de réduire drastiquement les approvisionnements vers l'Ukraine, au risque de perturber les livraisons vers l'Union européenne comme lors des guerres du gaz de 2006 et 2009.

Source :Baosem N°1067 du 27/05/2014

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?