Général

Bulletin

Services

Société

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet s\'est apprécié de 38 cents, à 106,91 dollars : Le pétrole se hisse à un nouveau sommet en 9 mois à New York

Les cours du pétrole se sont hissés à un nouveau plus haut depuis neuf mois à New York, dopés par l\'escalade des violences en Irak, qui fait craindre des perturbations majeures de l\'offre de ce grand pays producteur de brut. Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet s\'est apprécié de 38 cents, à 106,91 dollars, son niveau le plus élevé en clôture depuis le 18 septembre 2013, sur le New York Mercantile Exchange(Nymex). On continue à voir les effets de l\'offensive fulgurante d\'insurgés islamistes dans le nord-ouest de l\'Irak sur le marché du pétrole après un bond jeudi de plus de deux dollars à New York et de trois dollars pour le baril de Brent, coté à Londres, a relevé M. Michael LYNCH, de Strategic Energy and Economic Research.
Après l\'envol des prix de la veille, les choses se sont toutefois un peu calmées à l\'orée du week-end, car les investisseurs se rendent compte que les menaces directes auxquelles fait face la production de pétrole ne sont pas aussi fortes qu\'initialement craint, a expliqué M. LYNCH. Le sud du pays, qui concentre environ 90% de la production de pétrole actuelle, n\'est pas encore affecté par l\'insurrection islamiste, le terminal de Bassora opérant normalement, a ainsi noté M. Phil FLYNN, de Price Futures Group. Et les champs de pétrole dans le nord du pays n\'ont pas été actifs depuis un certain temps, l\'acheminement de pétrole par oléoduc ayant été perturbé par des sabotages récurrents. Mais la menace potentielle que fait peser cette insurrection sur la production de quelque 3 millions de barils de pétrole par jour, qui représente environ 10% de la production de l\'OPEP, l\'Organisation des pays exportateurs de pétrole, est majeure car ce n\'est pas un volume qui peut être remplacé facilement en cas de perturbations, et c\'est cela qui inquiète les marchés de l\'énergie, a expliqué M. John KILDUFF, de Again Capital.

L\'Irak a produit 3,33 mb/j en mai, selon des sources secondaires citées par l\'OPEP, dont ce pays est le deuxième pays producteur derrière l\'Arabie saoudite, et devant l\'Iran et le Koweït. Jusque-là en pleine progression, sa production n\'a jamais été aussi importante depuis 30 ans.

Source :Baosem N°1075 du 22/06/2014

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?