Général

Bulletin

Services

Société

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet, s'est apprécié de 83 cents : Le pétrole termine à son plus haut depuis neuf mois à New York

Les cours du pétrole coté à New York se sont hissés à un nouveau plus haut depuis neuf mois, soutenus par la persistance des tensions et violences en Irak et des facteurs techniques au dernier jour de cotation du contrat le plus rapproché. Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet, s'est apprécié de 83 cents, à 107,26 dollars, son niveau le plus élevé en clôture depuis le 18 septembre 2013, sur le New York Mercantile Exchange(Nymex). A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a terminé à 114,81 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 25 cents par rapport à la clôture de jeudi. La veille, le Brent avait atteint son niveau le plus élevé depuis septembre 2013, à 115,71 dollars. La situation en Irak ne s'améliore pas. Et la décision par le président (Barack) Obama d'envoyer 300 conseillers militaires pour aider l'armée irakienne à faire face à la vaste offensive lancée le 9 juin par des insurgés menés par les jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) rend les investisseurs fébriles, selon Robert Yawger de Mizuho Securities USA. Sur le terrain, les rebelles consolident leur contrôle sur les larges pans de territoires pris dans quatre provinces du nord et de l'est du pays, et tentent de se frayer un chemin en direction de Bagdad, l'un de leurs objectifs selon un chef du groupe. Après la débandade des premiers jours, les forces armées tentent d'enrayer leur avancée. Mais 34 soldats ont été tués dans des combats nocturnes à Al-Qaïm (ouest), à la frontière syrienne, et au moins 30 miliciens chiites sont morts vendredi en repoussant une attaque d'insurgés contre Muqdadiyah, à 90 km au nord-est de Bagdad. Le principal chef religieux chiite d'Irak a appelé vendredi à chasser rapidement les insurgés sunnites du pays. Deuxième producteur de l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole), l'Irak détient plus de 11% des réserves prouvées dans le monde et produit actuellement près de 3,4 millions de barils par jour. Les investisseurs craignent que les insurgés parviennent à contrôler des zones du sud du pays où sont installées la majorité des infrastructures pétrolières.

Pour les raisons plus techniques, les cours du baril de WTI ont aussi grimpé, selon l'analyste indépendant Andy Lipow, à l'approche de l'expiration du contrat pour livraison en juillet à la clôture. Le prix de l'or noir a aussi profité selon lui de la remise en route après des travaux de maintenance de l'oléoduc Seaway reliant Cushing, le terminal pétrolier de l'Oklahoma où est entreposé le brut servant de référence au WTI, au golfe du Mexique.

Source :Baosem N°1077 du 29/06/2014

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?