Général

Bulletin

Services

Société

Selon les résultats publiés par la compagnie sur son site électronique : Pemex annonce des pertes de 4 milliards de dollars au deuxième trimestre

Pemex, l'entreprise pétrolière publique mexicaine, a annoncé récemment une perte nette de plus de 4 milliards de dollars au deuxième trimestre 2014, au moment où le Parlement achève la mise en place d'une réforme historique ouvrant le secteur aux capitaux privés. Les pertes annoncées sont supérieures à celles enregistrées au cours de la même période de 2013 (3,7 milliards de dollars), selon les résultats publiés par la compagnie sur son site électronique.

Selon Pemex, ces pertes s'expliquent par une hausse de ses charges fiscales et la détérioration de certains de ses actifs. La compagnie pétrolière représente plus d'un tiers des recettes fiscales de l'Etat mexicain. Le chiffre d'affaires de la compagnie entre avril et juin, à plus de 30 milliards de dollars a certes augmenté de 4% par rapport à la même période de l'année précédente. Mais les coûts correspondant à ces ventes ont augmenté de 13%, en raison de l'augmentation des dépenses d'exploitation et des coûts de production, explique Pemex. Septième compagnie productrice de pétrole brut au monde, la compagnie mexicaine a subi une forte chute de sa production au cours des dix dernières années, passant de 3,4 millions de barils par jour à 2,5 millions. Au premier trimestre 2014, Pemex avait annoncé des pertes de plus de 2,8 milliards de dollars et sur toute l'année 2013 ses résultats négatifs s'étaient élevés à 12,8 milliards de dollars, alors que l'entreprise avait enregistré 200 millions de dollars de bénéfices en 2012. C'est cette situation qui a conduit le gouvernement d'Enrique PEÑA NIETO à faire l'an dernier une réforme constitutionnelle qui permettra, pour la première fois depuis 75 ans, d'ouvrir le secteur énergétique mexicain aux capitaux privés, nationaux et étrangers. Les députés mexicains sont en train d'achever l'examen des lois d'application de cette réforme constitutionnelle, déjà votées cette semaine par le Sénat. Grâce aux techniques d'exploitation en eau profonde des groupes privés, le gouvernement espère revitaliser la production pétrolière mexicaine. Le forage en eaux profondes, une technologie pour l'instant peu exploitée par Pemex, est envisagé comme l'une des solutions pour freiner la chute de la production.

La réforme prévue est combattue par la gauche mexicaine, qui y voit une privatisation des ressources naturelles mexicaines nationalisées en 1938 et demande un référendum sur la question. En juin, Pemex avait vendu 7,86% des 9,3% d'actions qu'elle détenait dans la compagnie pétrolière espagnole Repsol, pour une valeur de 2 milliards d'euros. Dans la perspective de la mise en œuvre de la réforme énergétique, ces ressources visent à engager des fonds dans des projets et investissements plus rentables, selon la compagnie.

Source :Baosem N°1088 du 05/08/2014

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?