Général

Bulletin

Services

Société

Gaz russe: retour à la normale en Pologne et en Ukraine

Les livraisons de gaz à la Pologne et à l'Ukraine ont amorcé un retour à la normale récemment, le géant russe Gazprom ayant augmenté le volume fourni à l'opérateur des gazoducs polonais Gaz-System, selon ce dernier. Ainsi, la Pologne a pu reprendre ses livraisons de gaz à l'Ukraine, a indiqué Gaz-System. Ces livraisons en flux inversé, qui représentent quatre millions de mètres cubes par jour, avaient été interrompues mercredi en raison d'une réduction relative des volumes de gaz fournis par Gazprom, inférieures de 45% mercredi par rapport aux commandes polonaises. Des experts polonais et russe ont alors estimé que cette baisse s'inscrivait dans le contexte de la crise ukrainienne et pouvait traduire la volonté de Moscou d'empêcher les livraisons en flux inversé à l'Ukraine. Il y a eu jeudi plus de gaz (livré par Gazprom) qu'au cours des 24 heures précédentes. Les volumes livrés sont toutefois restés inférieurs au commandes polonaises, a déclaré à l'AFP la porte-parole de Gaz-System, Mme Malgorzata POLKOWSKA, sans autres précisions. Dans un communiqué, l'opérateur s'est borné à déclarer que la situation actuelle permettait de livrer du gaz à l'Ukraine conformément aux commandes faites par ce client.

L'opérateur slovaque SPP a indiqué de son côté que la baisse de 10% des livraisons de Gazprom s'était maintenue, mais que cela ne l'empêchait pas de livrer ses clients. Récemment, le gazier polonais PGNiG avait reproché au gazier russe Gazprom d'avoir réduit de près de moitié ses livraisons de gaz. Le géant russe a aussitôt déclaré que cette annonce était incorrecte, car les exportations vers la Pologne n'avaient subi aucun changement, leur volume étant exactement le même que celui des jours précédents à 23 millions de mètres cubes par jour. Autrement dit, c'est par rapport à des commandes accrues de Varsovie qu'une baisse abrupte était apparue. Le président de PGNiG, M. Mariusz ZAWISZA, a tenu à calmer la situation. Le fait que les livraisons au cours des trois derniers jours étaient moins élevées ne signifie pas que nous ayons affaire à un cataclysme. Cette affaires n'est qu'un incident, a-t-il déclaré à l'agence PAP.
Il a en même temps indiqué que sa société avait demandé à Gazprom un dédommagement pour cette baisse de livraisons. En fait, en achetant du gaz ailleurs que chez Gazprom, la Pologne fait des économies, car le prix sur le marché international est inférieur à celui fixé par le groupe russe. La Pologne et d'autres pays de la région fournissent en flux inversé du gaz à l'Ukraine qui n'en reçoit plus de Russie depuis la mi-juin.

Source:Baosem N°1103 du 21/09/2014

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?