Général

Bulletin

Services

Société

General Electric veut acheter Dresser-Rand : Le Groupe américain, en concurrence avec Siemens et Alstom a déjà entamé des discussions préliminaires

Après le dossier du groupe industriel français Alstom, les conglomérats allemand Siemens et américain General Electric (GE) devraient s'affronter pour le rachat du fabricant de compresseurs Dresser-Rand, également convoité par le suisse Sulzer. GE a eu des discussions préliminaires avec Dresser-Rand, a indiqué à l'AFP récemment citant une source proche du dossier confirmant des informations du Financial Times. Cette source, qui a requis l'anonymat, n'a toutefois pas précisé si le groupe industriel américain allait faire une offre formelle pour s'emparer de Dresser-Rand. Pour son recentrage dans l'industrie, GE est à la recherche d'opportunités et Dresser-Rand en est une, a dit à l'AFP une autre source proche de l'entreprise. L'intérêt de GE pour Dresser-Rand ne date pas d'aujourd'hui, dit la source. Par le passé en effet, des rumeurs de marché et de presse avaient déjà fait état de discussions entre les deux sociétés. Contacté par l'AFP, GE s'est refusé à tout commentaire. Son rival allemand Siemens étudie lui une contre-offre sur Dresser-Rand, une entreprise qui emploie plus de 8.000 personnes dans le monde et a dégagé un chiffre d'affaires de 3,03 milliards de dollars l'an dernier, selon l'hebdomadaire Manager Magazin. Ces informations ont fait bondir le titre du groupe américain de 9,42% à 79,95 dollars vendredi à Wall Street, s'ajustant au prix par action que proposerait l'entreprise allemande pour s'offrir la société américaine. Siemens veut offrir plus de 80 dollars par action pour (mettre la main sur) le fabricant de compresseurs texan, écrit le magazine allemand en citant des sources proches des négociations. La transaction coûterait au total plus de 6,1 milliards de dollars au munichois, soit plus de 4,7 milliards d'euros, affirme-t-il. Interrogé par l'AFP, un porte-parole de Siemens a refusé de commenter ces informations.

Dresser-Rand a indiqué de son côté ne pas commenter les dossiers de fusion-acquisition. Il faut dire que la société est déjà en discussions avec le conglomérat industriel suisse Sulzer en vue d'une fusion, a indiqué mercredi l'entreprise helvète. En cas de succès, ce rapprochement créerait un géant dont le chiffre d'affaires avoisinerait 5 milliards de francs suisses (4,1 milliards d'euros), avec 20.000 collaborateurs et une valorisation boursière d'environ 8 milliards de francs suisses. Sulzer, qui fabrique notamment des pompes pour le secteur pétrolier, a prévenu qu'il n'y avait aucune garantie que ces discussions déboucheront sur une transaction. Si on exclut GE, la possible bataille pour Dresser-Rand est susceptible d'opposer deux anciens rivaux: M. Joe KAESER, actuel patron de Siemens, à M. Peter LÖSCHER qui l'a précédé. M. LÖSCHER est président du conseil d'administration de Sulzer. Il faudrait aussi compter avec le groupe russe Renova, propriété de l'oligarque M. Viktor VEKSELBERG, qui aurait acheté 4,99% du capital de Dresser-Rand, selon la presse américaine. Ce dernier va jouer les arbitres.

Source :Baosem N°1105 du 28/09/2014

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?