Général

Bulletin

Services

Société

Charbonn: Mibrag intéressé par les actifs allemands de Vattenfall

Le producteur allemand de charbon Mibrag, filiale du tchèque EPH, est intéressé par les actifs mis en vente par le suédois Vattenfall en Allemagne, et a indiqué récemment examiner la suite à donner au processus. Mibrag a pris acte avec intérêt de l'intention de Vattenfall de céder ses activités de lignite, selon une prise de position transmise à l'AFP par la société. A l'heure actuelle, Mibrag examine avec ses actionnaires la suite à donner au processus et ne s'exprimera pas sur les détails d'une potentielle transaction. Mibrag est détenu à 100% par EP Energy, filiale du tchèque EPH, deuxième groupe d'énergie de République tchèque. Mibrag, héritier d'une entreprise publique de RDA, produit du lignite au centre du pays et exploite plusieurs centrales au charbon. Vattenfall, propriété de l'Etat suédois, a annoncé récemment son intention de céder ses actifs dans le charbon en Allemagne, soit de la production de lignite également et plusieurs centrales électriques. Ces actifs sont concentrés dans l'est du pays, non loin de la frontière polonaise, dans une région sinistrée économiquement et où la société est l'un des plus gros employeurs.

Les projets de Vattenfall inquiètent dans la région, et même jusqu'à Berlin. Le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel en a appelé récemment au sens des responsabilités du gouvernement suédois.
C'est au comité de direction (de Vattenfall) de gérer la situation au mieux, a déclaré à ce propos le Premier ministre suédois M. Stefan LÖFVEN dans les colonnes du Financial Times mardi. Selon le FT, M. Gabriel, qui avait annoncé il y a quelques semaines vouloir se rendre à Stockholm pour évoquer la question, aurait aussi adressé un courrier à M. LÖFVEN à ce sujet. Le quotidien régional Mitteldeutsche Zeitung rapportait mardi sur la foi de sources proches de Mibrag que la société serait prête à fournir aux salariés de Vattenfall des garanties sur l'emploi en cas de rachat, et que l'acquisition serait financée par EPH. La place du charbon dans le mix énergétique allemand fait en ce moment l'objet de nombreux débats. Il représente 46% de la génération d'électricité du pays mais le gouvernement veut en limiter l'usage ces prochaines années pour permettre à l'Allemagne d'atteindre ses objectifs de réduction des émissions de dioxyde de carbone à l'horizon 2020.

Source :Baosem N°1124 du 02/12/2014


Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?