Général

Bulletin

Services

Société

M. BOUTARFA SOULIGNE LE RÔLE DE L’ALGÉRIE DANS L'ABOUTISSEMENT DE L’ACCORD OPEP-NON OPEP

Le Ministre de l’Energie, M. Noureddine BOUTARFA a souligné samedi 10 décembre à Vienne le rôle de l’Algérie dans le processus lancé au sein de l’OPEP et rejoint par onze producteurs non-membres dans le cadre d’un accord historique, afin d’arriver à rétablir l’équilibre du marché pétrolier. L’accord obtenu avec onze pays hors-OPEP pour diminuer l’offre de 558.000 barils/jour "marque l’effort extraordinaire de la diplomatie algérienne, et cela est reconnu par tous les responsables. Les ministres reconnaissent le rôle de l’Algérie et la disponibilité du président de la République Abdelaziz Bouteflika à soutenir cet accord", a déclaré le Ministre. Selon M. Noureddine BOUTARFA, avec la réunion de ce samedi, c’est un long processus qui vient de terminer sa première phase, puisque la deuxième phase sera la responsabilité de chaque pays d’honorer ses engagements. Au terme de la réunion, 11 pays se sont engagés à réduire leur production d’environ 558.000 barils par jour à compter du 1er janvier 2017. Il s’agit de l’Azerbaidjan, Brunei, Bahrein, Guinnée équatoriale, Kazakhstan, Malaisia, Mexique, Oman, Russie, Soudan et le Soudan du Sud.

Le ministre a souligné le rôle de l’Algérie dans le lancement du processus visant à enrayer la chute des cours du brut avec l’initiative du président de la République Abdelaziz Bouteflika qui avait dépêché des émissaires aux pays producteurs membres et non-membres de l’OPEP pour engager une action commune. Il a affirmé que la baisse totale des pays membres et hors OPEP, qui est de 1.750.000 barils/jour, "est un très bon signal pour le marché". " L’objectif est d’atteindre une moyenne sur six mois 1.750.000 baril/j, il est clair que le premier trimestre 2017 sera assez difficile. Au cours du premier trimestre on pense au moins atteindre les 90% de ce qui est convenu et les pays participants se sont engagés à notifier les baisses aux compagnies ", a-t-il ajouté. Interrogé sur l’impact attendu du nouvel accord sur les cours, M. Noureddine BOUTARFA a indiqué que "notre objectif était d’arriver à un baril à 50/55 dollars, je crois qu’il sera atteint, peut-être un peu plus. Le premier semestre sera assez difficile, vers le deuxième semestre on sentira nettement l’apport en matière de prix". (APS)

Source :Baosem N°1341 du 20/12/2016

Accès appels d'offres

Nom d'utilisateur

Mot de passe

Mot de passe oublié ?